Anders Andrew (andersandrew) wrote in bingo_livres,
Anders Andrew
andersandrew
bingo_livres

[Bingo] 2 lignes, 1 diagonale, 1 colonne, 17 lectures

Un livre dont vous aimez beaucoup la couverture
Nuit couleur larme, de Boja Gonzales
Un livre en d'un auteur que vous aimez beaucoup
Nos c(h)oeurs evanescents (tome 1) de Yuhki Kamatani
Philosophie Un livre en rapport avec les plantes Littérature russe
Politique Espionnage
Spy x Family (tome 1), de Tatsuya Endo
Un livre illustré
Capitaine Rosalie, de Thimothée de Fombelle et Isabelle Arsenault
Essai Un livre du Moyen-Âge
Un livre écrit par un prix Nobel
Six contes vagabonds, de Gabriel Garcia Marquez
Un livre en rapport avec les secrets
Le Prince et la Couturière, de Jen Wang
JOKER
Les cent mille royaumes, N.K Jemisin
Un livre en rapport avec le ciel et l'espace
Planètes (tome 1), de Makoto Yukimura
Un livre en rapport avec les livres
Magus of the Library (tome 1), de Mitsu Izumi
Un livre que vous vous promettez de lire depuis des années
Violent Cases, de Neil Gaiman et Dave McKean
Un livre avec des pirates
Sept Pirates, de Pascal Bertho et Tim McBurnie
Érotisme et pornographie
Killing Stalking (tome 2), de Koogi
Un livre édité par un éditeur que vous n'avez jamais lu
La Saveur du Printemps, de Kevin Panetta et Savanna Ganucheau
Humour
Le Gang des Vieux Schnocks, de Florence Thinard
Littérature latino-américaine Un livre publié sous un pseudonyme
Green Mechanic (tome 5), de Yami Shin
Un livre avec un anti-héros
Kasane la voleuse de visage (tome 1), de Daruma Matsuura
Littérature  d'Europe de l'est Un livre avec plusieurs personnes sur la couverture
Momo & Manji (tome 1), de Sawa Sakuray



❤️❤️J'ai adoré :
Kasane la voleuse de visage (tomes 1 à 14), de Daruma Matsuura -> Un livre avec un anti-héros
Pour être un anti-héros (enfin plutôt une anti-héroïne, Kasane en est une !
J'ai dévoré les 14 tomes en quelques jours. Kasane est une de ces héroïnes tragiques que l'on soutient en dépit de tous ses crimes, parce qu'elle a tant souffert qu'on lui souhaite malgré tout de réussir. Le destin s'acharne, et pourtant à chaque fois, on a le coeur serré pour elle, on lui souhaite de trouver une fin heureuse, tout en sachant que c'est parfaitement impossible.
Et en cela, la fin de la série, étonnament, remplie à merveille le contrat passé avec le lectorat dès le premier tome. La conclusion (à mes yeux du moins) est parfaite, ne trahissant ni son propos, ni l'affection du lectorat pour Kasane.
Mais en tout cas, en ce qui concerne ce premier tome, on sait déjà que l'auteure sait où elle veut amener son histoire, et c'est avant tout cette maîtrise qui donne tant de force à son récit. Peu à peu, elle ajoute des personnages, mais ils servent tous ses desseins. L'histoire est super prenante, le dessin bien maîtrisé, même dans ses aberrations (comme la monstruosité de Kasane). Le mystère, la touche de sensualité, la tragédie, tout s'embrique particulièrement bien, et c'est dès le premier tome que j'ai eu le coup de coeur pour ce manga que je vous recommande très chaudement.


Le Gang des Vieux Schnocks, de Florence Thinard -> Humour
Lu dans le cadre de mon travail, ce roman jeunesse rappellera sans doute Les Vieux Fourneaux par ses personnages de vieux un peu déjantés. Le gang des vieux schnocks, c'est un groupe de personnes âgées qui, suite à l'agression de l'une d'entre elles par un "jeune à capuche" décide de créer l'anarchie en se rebellant contre la société de consommation et les tyrans du quartier ! Bien sûr, ça reste gentillet (c'est du roman jeunesse) et un peu potache, mais j'ai bien ri avec cette lecture touchante, où jeunes et vieux finissent par se rencontrer et s'apprivoiser.


Les Cent Mille Royaumes, de N.K Jemisin -> JOKER
Grand bien m'a pris de suivre les conseils de mon amie Kuja pour découvrir cette auteure, et sa première oeuvre, la saga de l'Héritage.
Les Cent Mille Royaumes en est le premier tome, et j'ai bien accroché ! C'est l'histoire d'une jeune princesse d'une contrée "sauvage" (du coup POC hein) dont la mère vient d'être assassinée, qui est convoquée d'urgence à la cité mère du royaume pour devenir une des candidates pour prendre la succession de son grand-père qu'elle n'a jamais rencontré, un fieffé connard que sa mère haïssait. Elle débarque, tout le monde la regarde de haut (le bon racisme + mépris de classe. L'auteure, elle-même afro-américaine, ne se gêne pas pour critiquer hein).
L'héroïne est une "héritière" mais en fait elle est surtout prisonnière du palais et ignore tout des desseins des gens qui l'entourent. Son but sera donc d'apprendre à survivre, tout en essayant de comprendre pourquoi sa mère est morte.
Il y a un petit côté Game of Thrones, avec des manoeuvres politiques, des trucs glauques, des personnalités sadiques et d'une froideur implacable. Pas trop de sexe (juste une scène, mais qui fait plus penser à une expérience transcendentale), de l'inceste à tire-larigot par contre, du viol mentionné (sur mineurs/gens d'apparence mineure), et des meurtres.
Ma faiblesse à moi, ce sont les personnages. J'adore un récit quand je m'attache à des personnages. Dans ce roman, il y a d'abord l'héroïne, Yeine, qui est très jeune, un peu maladroite, mais déterminée, et il y a les dieux qui sont enchaînés dans le palais par des sortilèges qui les rendent esclaves des humains, dont deux que j'aime beaucoup, à savoir Nahadoth, dieu de l'obscurité et du chaos primordial, qui est le plus important de l'histoire, et Sieh, LE DIEU DE LA MALICE.
Non mais ÉVIDEMMENT que j'allais kiffer le dieu de la malice, vous me prenez pour qui, HO !
J'adore Sieh ! Je veux l'emballer dans un plaid bien chaud, lui faire des câlins en lui promettant que tout ira bien et faire des batailles de pouces mdr
Nahadoth est sexy, je sais, mais moi je veux juste le cutie pie qui prend l'héroïne pour sa maman XD why ? Je suis dépourvue du moindre instinct maternel. On voit bien que c'est que de la fiction.
Bref, ce petit moment de fangirlisme passé, quelques élément : je ne suis pas trop fan de fantasy, mais ici, pas trop de noms compliqués, des explications bien claires sur l'univers, un bon worldbuilding, pas trop complexe, facile à retenir. J'ai trouvé ça original, et surtout le ton de la narration, qui fait souvent usage de langage courant. Très peu de mots compliqués, d'explications à rallonge, de discours soutenu. Je trouve ça vraiment agréable, car c'est déjà un effort de se plonger dans un univers de fantasy, mais l'auteure le rend plus accessible comme ça.
La fin du livre m'a surprise et m'a vraiment plu, de sorte que j'ai emprunté la suite.



Le Prince et la Couturière, de Jen Wang -> Un livre en rapport avec les secrets
Et des secrets, il y en a dans ce roman graphique qui traite de transidentité.
Un prince (non pas de conte de fée, mais plus ambiance 19ème siècle, avec le début des grands magasins) engage une couturière pour lui coudre en secret des robes, afin que la nuit, il se balade et exprime sa personnalité féminine, sortant du carcan rigide imposée par son éducation. Son personnage séduit rapidement les foules grâce à ses magnifiques tenues, dont la couturière ne peut hélas pas se faire connaître afin de protéger le secret du Prince.
J'ai beaucoup aimé comment la relation d'amitié des deux personnages principaux se crée, avec les aléas, les moments de doute, de confusion, les secrets qui blessent. Le dessin aussi m'a assez plu, et je suis contente que l'auteure ait choisi de mettre en scène des adolescents plutôt que des adultes, car ses dessins préparatoires en versions adultes ne me plaisent pas autant. Il y a évidemment plus de tension à regarder des adolescents se chercher, physiquement, moralement, affectivement, que des adultes qui ont déjà un peu de vécu derrière eux (même si bien sûr, la question de la transidentité peut se vivre à tout âge. Mais ce n'est pas l'unique thème de ce roman graphique).
La fin est certes très "conte de fée", à contrario du reste de l'intrigue qui se voulait un peu réaliste, mais pour être honnête, je trouve rafraichissant tous les récits LGBTQIA+ qui ont une fin heureuse, je ne vais pas m'en plaindre. En vérité, cette fin m'a apporté un peu de bonheur.
J'ai été très désarçonné par le peu de cases qu'il y a sur une page, et la simplicité du dessin (je m'attendais à quelque chose de plus sophistiqué) toutefois, cela à son charme et j'ai été vite pris par la mignonnitude des personnages (en celà, le fait qu'ils soient jeunes accentuent sans doute cet effet).
Je recommande vivement cette lecture !!


Spy x Family (tomes 1 à 4), de Tatsuya Endo -> Espionnage
Après la lecture de ce premier tome, je n'ai pas résisté longtemps avant de lire les trois tomes suivants parus en France. Je me suis vite attachée à ce personnage charmant et badass qu'est Twilight, l'espion aux milles visages qui doit se trouver une famille pour avoir une bonne couverture et éviter la guerre entre deux pays.
Inspiré de l'environnement de Berlin lors de la guerre froide (mais pas que), ce manga à la thématique qui pourrait sembler grave, est avant tout un manga très humoristique et tendre mettant de côté le réalisme pour narrer les aventures de cette famille peu ordinaire (un mari espion, une fillette télépathe et une épouse tueuse à gage)
Contrairement à ce que j'appréhendais, la relation entre les personnages ne fait pas "fake", et les personnages ne sont pas froids et calculateurs (Twilight un peu, mais ça passe). J'adore la petite fille, qui, la première, a réussi à percer la carapace de Twilight tout en connaissant son secret. Le secret, c'est aussi que la tueuse et l'espion ne savent pas leurs identités respectives : ils ne sont pas ennemis pour autant au travail, et pour l'instant ils n'ont même pas eu l'occasion de s'affronter, même de façon indirecte. Le manga s'attache surtout à créer des liens entre les personnages et les laisser se prendre au jeu de la vie de famille.
Un manga drôle et très mignon que je recommande.


Nos c(h)oeurs evanescents (tome 1) de Yuhki Kamatani -> Un livre d'un.e auteur.e que vous aimez beaucoup
L'auteur.e de Nabari et de Éclat(s) d'âme revient avec un nouveau titre, encore une fois avec toute la subtilité, la poésie et le trait fin qu'on lui connait.
Si le sujet, à priori, ne m'intéressait pas (un garçon entre en tant que soprano dans une chorale scolaire) car je n'aime pas vraiment la musique. Toutefois, il est question d'une forme de "misophonie" : le personnage principal perçoit les sons de façon très intense, il a une ouïe très développée et ressent des émotions fortes à cause de cette sensibilité accrue.
J'ai trouvé ce thème très original, et je suis toujours aussi fan du traitement que fait Yuhki Kamatani de ces récits, en appuyant sur l'aspect lyrique et imaginaire porté par les sons, qu'ils soient ceux de la ville ou de la chorale. Je trouve qu'iel s'est encore amélioré.e autant dans son écriture que dans son dessin après Éclat(s) d'âme et j'en suis ravie !



❤️J'ai apprécié :
Green Mechanic (tome 5), de Yami Shin -> Un livre publié sous un pseudonyme
Alors je vais être franche : je ne me souviens pas trop de l'intrigue de ce tome. C'est un peu le problème que j'ai avec cette série, les tomes ne sont pas très marquants. Je me souviens qu'on avance dans l'intrigue, que des tensions apparaissent, de belles pages sur le thème végétal, de nouveaux personnages dans le camp des méchants (mais pas forcément méchants pour autant)


La Saveur du Printemps, de Kevin Panetta et Savanna Ganucheau -> Un livre édité chez un éditeur que vous n'avez jamais lu
Les dessins de ce roman graphique édité chez Jungle ! m'ont étonnamment rappelé Heartstopper d'Alice Oseman. Même type de personnages (un petit brun d'aspect fragile et un grand gaillard lumineux), des thématiques communes (les deux personnages principaux masculins tombent amoureux après être devenus amis, l'un a des amis craignos, il a une personnalité artistique), des pages sans dialogues illustrant les sentiments...
Je n'ai pas retrouvé l'étincelle de Heartstopper pour la simple et bonne raison que l'ouvrage se concentre un peu trop à mon goût sur la boulangerie familiale qui relie les deux personnages. Cela m'inspire peu de poésie, et la romance peine à s'installer. On voit quelques rougissements, quelques scènes (peut-être un peu trop rares) d'intimité, mais je trouve que les personnages ne se dévoilent pas suffisamment. Le personnage de Ari, notamment, manque de profondeur, notamment son amour de la musique qui semble bien éphémère par rapport à la place qu'il prend à la boulangerie, et comme on n'a pas ses pensées, on a l'impression que la musique ne l'intéresse pas tant que ça, alors que c'est un gros enjeu.
C'était néanmoins une lecture sympathique, et comme je l'ai dis plus haut, je soutiens toutes les initiatives montrant des couples gays heureux qui finissent bien.

Killing Stalking (tome 2), de Koogi -> Érotisme et Pornographie
Ce second tome aborde enfin l'aspect réellement BL, c'est à dire qu'il y a du smut. Censuré soit par un pénis blanc, soit par un boxer magique qui apparait et disparait en fonction de la scène XD
Et du gore, vraiment très gore.
J'avais déjà lu la prépublication sur internet, mais cela fait quelques années, aussi je redécouvre (et peut-être pour la première fois en français ? Je ne me souviens plus) ce récit noir en forme de montagnes russes. Quand le personnage de la victime pense être sauvé ou du moins avoir attendri son geolier, BAM, c'est la dégringolade.
Un tome encore plus terrifiant que le précédent, plein de visions d'horreur (parfois fantasmées, parfois non), mais avec une touche de sexualité (tentative de manipulation ? Obsession ? Amour véritable ? Un mélange de tout ça ??) qui ajoute encore davantage au côté dérangeant. C'est fascinant et en même temps on a le coeur qui se serre pour celui qui, jusqu'au bout, restera la victime de l'histoire.

Planètes (tome 1), de Makoto Yukimura -> un livre en rapport avec le ciel et l'espace
Lu sur recommandation de flo_nelja, ce manga a pour genre la science fiction, mais une thématique assez originale, celle du nettoyage de l'espace. Dans ce premier tome, on ne se focalise pas sur de grandes aventures spatiales, la quête de nouveaux mondes et la rencontre avec des aliens. Non, ici, on découvre le quotidien d'une petite bande d'éboueurs de l'espace. Certes l'humanité a colonisé d'autres planètes mais les progrès restent modestes, donc relativement réaliste. Le manga date (je n'ai pas vérifié, mais à vue de nez) des années 80, ce qui rend l'appareillage étrangement vintage mais également avec ce côté vieille camelote qui fonctionne toujours, rappelant bien des grands noms de la SF comme Star Wars ou encore Alien.
J'ai donc apprécié ces petites tranches de vie qui, sans être épiques, dégagent ce côté doux-amer qui séduit facilement.

Capitaine Rosalie, de Thimothée de Fombelle et Isabelle Arsenault -> un livre illustré
Ce court roman pour enfant fait partie de la sélection d'un prix jeunesse organisé à Nantes, et j'en ai profité pour l'inclure à mon bingo.
C'est l'histoire d'une petite fille dont le père est allé se battre dans les tranchées, et qui souhaite apprendre à lire pour pouvoir lire les lettres que son père envoie et que sa mère édulcore par de jolies histoires douces et mignonnes, bien loin de l'horreur qui se déroule.
C'est une thématique grave, empreinte de tristesse, mais les illustrations douces ainsi que l'imaginaire de la petite fille (qui considère sa "mission secrète" comme le ferait un soldat) réussissent à faire passer un bon moment malgré tout.


Je sais pas :
Momo & Manji (tome 1), de Sawa Sakuray -> Un livre avec plusieurs personnes sur la couverture


Je ne sais pas trop quoi penser de ce manga yaoi. Déjà, ça démarre par une scène de cul. Alors je suis pas contre hein, quand on lit un yaoi, les scènes de fesses sont plutôt attendues, non, ce qui me gêne, c'est qu'apparemment ils étaient en plein roleplay sale un peu cringe ("je vais faire de toi une femme" "même si tu dis non je ne m'arrêterais pas") et que comme tu ne connais pas les persos ni le fait qu'ils font du roleplay (je sais toujours pas avec CERTITUDE que c'était du roleplay hein, c'est dit nulle part) ben du coup ça jette comme un froid.
Bon, alors le manga raconte l'histoire d'amour d'un couple établi (on sait pas comment, mais à un moment on a leur première rencontre...mais pas ma partie préférée, à savoir la découverte des sentiments etc...) et des tranches de vie saupoudrées de flashback d'un des protagonistes, qui était prostitué dans une maison close.
Alors, les points très positifs : le dessin est super, le contexte historique est hyper intéressant et bien décrit (j'ai appris plein de trucs sur les moeurs de l'époque, sur des objets du quotidien etc), le smex est assez réaliste.
Points négatifs : prostitution de mineur (et abus sexuel du coup) montrée de manière trop positive à mon goût (genre "il le fait par amour" ÇA NE MARCHE PAS OKAY ?!? Ou le célèbre "c'est qu'un travail" IL A SEPT ANS PUTAIN). Bref, tous mes triggers ont été triggés lol.
Autre point négatif : la romance n'est pas crédible à mes yeux. Comme on n'a pas le contexte de comment sont nés leurs sentiments, on a juste l'impression que le mec a ramassé un prostitué dans la rue et paf ils sont amoureux. J'ai pas senti les sentiments, même s'ils disent qu'ils tiennent l'un à l'autre. Je trouve que dans ce tome, c'est plein de "vie quotidienne" mais sans enjeux, ya pas de scènes vraiment romantiques entre eux. Je sais que ça peut faire cliché, mais pour moi, ça manque.
Bref, je suis hyper impressionnée par le contexte historique, l'histoire de la prostitution est intéressante, car ça montre un aspect traité de façon plutôt réaliste, avec plein de détails techniques. Mais moralement, je suis gênée parce que j'ai l'impression que l'auteure cautionne, et même si "à l'époque c'était comme ça", aujourd'hui, avec tout ce qu'on sait sur l'enfant et son développement, on SAIT que c'était pas bien, que ça avait des conséquences néfastes et.....et non, rien. Du coup, ce n'est pas SI réaliste que ça.
En plus, l'équilibre comédie-tragédie, ça marche super mal pour moi ici.
Donc...je dirais pas bof, car j'ai envie de le feuilleter à nouveau, de relire des passages....mais pas apprécié au point de lire la suite non plus, voyez ? Je sais pas quoi en penser du coup.



Bof :
Nuit couleur larme, de Boja Gonzales -> Un livre dont vous aimez beaucoup la couverture
Couverture Nuit couleur larme

La couverture est vraiment très jolie, les silhouettes des filles sont très élégantes, avec quelques touches de couleurs bien choisies et cette mystérieuse silhouette géante de sorcière, assortie à l'absence de faciès des personnages qui accenturent encore plus l'atmosphère énigmatique.
Et pourtant, quelle déception. La lecture, pourtant, se faisait agréablement, et c'est bien pourquoi je ne mets pas cette BD en "J'ai détesté" : le style m'a plu, avec ses personnages geeks, gothiques, lesbiennes, le dessin cool, l'utilisation du bleu très marqué pour donner une ambiance mélancolique...
Mais en fait cette BD ne va NULLE PART ! La fin m'a tellement retournée que j'ai relu pour être sûre d'avoir compris que...il n'y avait rien à comprendre ! On croirait qu'elle n'a pas été achevée, l'auteur s'est dit "ouais c'est bon j'en ai marre, j'arrête là" WTF ! C'est un ONE SHOT DUDE !
Les dialogues sont ineptes, l'intrigue n'est qu'un bout d'histoire jetée sans être poursuivie, et le manque d'expressivité des personnages n'aide clairement pas à s'y attacher. Le relationnel entre elles (car tous les personnages de cette BD sont féminins) est inexistant ! On dirait juste des figures de papier qu'on fait se mouvoir sans jamais se toucher.
Grosse déception, mais de bonnes idées, des pages vraiment cool, certains moments de narrations bien trouvés (comme la voix off issue de la radio nocturne, les passages de fantasmes de la jeune gothique...)


Magus of the Library (tome 1), de Mitsu Izumi -> Un livre en rapport avec les livres
J'ai eu du mal à finir ce manga qui se passe dans un pays imaginaire inspiré des pays arabes (ce qui est assez original). Mais le sujet est chiant : un petit garçon discriminé par tout le monde (mais son coeur est si pur que....personnage de shônen yada yada) veut juste lire des livres, et un jour il rencontre des femmes qui travaillent à la bibliothèque centrale et s'occupent de la conservation du patrimoine nationale.
Concept original mais traitement classique et chiant. Bien dessiné mais sans inventivité. Les dialogues sont barbants, l'histoire est absolument prévisible dans ses moindres retournements de situation, les personnages ne sont pas spécialement intéressants, et certaines scènes semblent juste tirées de Aladdin de Disney non ?
Bref, je n'ai pas détesté, mais c'était une lecture un peu pénible, d'autant que le livre est plutôt épais.


☠️J'ai détesté :
Violent Cases, de Neil Gaiman et Dave McKean ->  Un livre que vous vous promettez de lire depuis des années
Cela faisait des années (presque 8 ans je pense ?) que je souhaitais lire ce livre, et je l'ai trouvé par hasard en faisant du rangement à la bibliothèque. Il se trouve que j'avais adoré Sandman, et particulièrement la collaboration de ces deux artistes, mêlant l'univers onirique et fantastique de Gaiman avec le style psychédélique et photographique de McKean.
Sûre de la qualité de cette oeuvre, je n'ai pas cherché à relire le quatrième de couverture, je me suis plongée directement dedans.
Le récit est un mélange confus de souvenirs d'enfance (apparemment ?) et d'histoires racontées par d'autres personnes, la narration est donc non-linéaire, mais alors j'ai rien panné au scénar, en plus Gaiman fait exprès de noyer les pistes avec des tournures floues du style "il ressemblait à machin mais Papa m'a dit qu'il ressemblait plus à bidule alors je me souviens plus trop", des personnages qui changent de tête d'une case à l'autre, les narrateurs qui changent sans qu'on s'en rendent compte. Cela retranscrit bien l'imprécision des souvenirs, mais c'est très chiant à lire.
C'est très "expérimental" et je n'ai pas du tout apprécié l'expérience.

Sept Pirates, de Pascal Bertho et Tim McBurnie -> Un livre avec des pirates
Cette BD, sensée être un hommage au récit d'aventure L'île au trésor de Stevenson, souffre dramatiquement de la comparaison. Sans énergie, le récit nous livre une énième histoire de pirates à la recherche d'un trésor. Le scénario n'est pas très loin d'un remake mal fait, réutilisant même des personnages - principaux ou secondaires - de l'île au trésor pour faire jouer la fibre nostalgique, mais de fait, ruinant l'attachement que l'on pouvait avoir aux personnages qui ne sont ni creusés, ni intéressants (à l'exception peut-être du charpentier Gray, rappelant à mes yeux par son design James Flint de Black Sails, ce qui me le rend sympathique). Le nouveaux pirate sensé plus ou moins remplacer Long John Silver dans ce récit, n'a ni son charisme, ni son mystère, et fait office de pâle bouffon fanboy d'un autre pirate célèbre (....le fameux Flint, justement !). L'absence de véritable relation entre les personnages (ce qui faisait une des forces de L'île au trésor étant notamment la relation de Silver avec Jim) est entre autre un vrai problème, mais c'est surtout le poids de "l'hommage" qui rend la lecture pénible, voire un peu cringe.
Et justement, quand on parle d'hommage à L'île au trésor....où est son personnage emblématique ?! Je veux bien qu'on ait Jim et quelques autres secondaires, mais quel intérêt sans la présence de celui que tout le monde attend ! Son ombre, loin de planée sur toute l'intrigue, disparait complètement, pour ne ré-apparaitre qu'à la fin (en eau de boudin).
Car oui, parlons-en de cette fin ! Quelle catastrophe ! Un rebondissement inattendu, certes, mais décevant, vient ainsi révéler le secret du coffre au trésor, et ce secret, tiré par les cheveux et sans valeur, se révèle plus qu'énervant, quand on s'est tapé toute la lecture pour ça.
Pour finir, le dessin, sans être laid, me parait assez brouillon, assez flou. Le trait est grossier, et bien que le talent de l'artiste soit bel et bien là (on le reconnait dans la façon de colorier, dans certaines expressions des personnages...), il peine à s'exprimer tant la mise en scène est...bateau (tsouin tsouin !)


Six contes vagabonds, de Gabriel Garcia Marquez -> Un livre écrit par un prix Nobel
J'ai véritablement détesté chaque seconde de lecture de cet album de "contes", illustrés littéralement avec les PIEDS.



Illustrations cauchemardesques, contes dégueulasses sans queue ni tête (j'ai pioché ça dans le rayon PETITE ENFANCE ! WTF IS WRONG WITH la personne qui a foutu ça en contes petite enfance omggggg)

Parmi les sujets, on retrouve : le meurtre d'une femme pendant des rapports sexuels, la prostitution, plusieurs enfants qui meurent noyés. WHAT THE FUCK IS....bref. Je ne m'attendais pas vraiment à ça. Après, en soi, ce ne sont pas des sujets qui me font peur.

Toutes les nouvelles n'étaient pas hyper mauvaises (j'ai bien aimé celle de la vieille prostituée qui se prépare à la mort), mais la façon de raconter était plutôt ennuyeuse. L'auteur semble se plaire à raconter des faits inhabituels de la façon la plus rébarbative possible et un manque total d'empathie envers ses personnages qui ressemblent à des silhouettes en carton (et vous me direz : ce sont des contes !). Par exemple, un ange dégringole dans la cours d'un couple avec un bébé, et il a un aspect peu ragoutant : c'est un vieillard aux ailes de vautour toutes déplumées. En fait on ne sait pas si c'est un ange. Le couple ne s'étonne pas plus que ça et veulent le virer mais n'y arrivent pas. Ils finissent par l'enfermer dans le poulailler et ça sert d'attraction pour touriste. Et un jour, alors qu'ils ont fait fortune et qu'ils ont maltraité la créature, celle-ci finit par se remplumer et partir.
Et cette nouvelle est chiaaaaante, mais chiaaaante ! Oui, ya du mystère autour de la créature, oui ya une petite critique de la religion quand le prêtre vient examiner le soit-disant ange...mais il n'y a rien ! Pas d'humour, pas de poésie. C'est moche, c'est dégueu, les propriétaire maltraitent la créature, on sait pas ce que c'est, mais finalement on s'en fout, tout le monde s'en fout, le récit aussi.
Ya un peu de glauque, mais c'est juste....fade. Il n'y a rien derrière. "Regardez comme je suis edgy, j'écris des anges qui sont moches et des enfants qui se noient, houuuuuuuuh ! Et j'ai eu un prix Nobel moi !"
Pff.
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

  • 1 comment